Xavier

L'aéroglisseur  selon Xavier ...

Véhicule décoiffant à couper le souffle,
construit suivant un principe gonflé
par des gens qui ne manquent pas d'air !

Aéroglisseur : 10 ans déjà

Tout a commencé au début de l’année 2000, après qu’une tempête ai paralysé une grande partie de Sud-Ouest. La question qui était dans mon esprit, vous vous l’êtes certainement tous posée un jour où l’autre : Quels seront les véhicules de demain, auront-ils la capacité de voler ?

J’ai entrepris de nombreuses recherches. J’ai découvert quelque chose qui m’a littéralement fasciné. Alors que je me faisais les dents sur une tétine de biberon, un ingénieur français, Jean Bertin mettait au point une machine extraordinaire : l’aérotrain.
Ce concept simple en apparence mais faisant appel à des connaissances poussées de mécanique et d’aérodynamique ne se contentait pas de marcher. C’était du grand galop qui était proposé.
Il fallait que j’essaye !

J’ai réalisé différentes maquettes avec des ventilateurs d’ordinateur, des transformateurs d’imprimante, des calendriers et autres sachets poubelles.
En 2001, l’opportunité s’est présentée à moi de fabriquer “un vrai”, un véritable aéroglisseur pouvant porter une personne. L’objectif n’était pas de battre des records mais simplement de montrer à mes élèves le principe et pouvoir en toute sécurité et de façon ludique balader un passager.
Cinq collègues se sont joint à moi dans cette aventure et à la fin de l’année, “Pégase” était né. C’est ainsi que nous avions baptisé notre projet.
En 2002, il a participé au festival des lycéens à Bordeaux et l’année suivante nous le présentions à Pau. Il n’a réellement été autonome qu’en 2006.
Trois ans plus tard, il m’a fallu prendre une décision. Qu’allait-on faire de cette machine ? L’améliorer, en refaire une plus performante ou tout simplement démonter celle-ci et passer à autre chose.

Une rencontre faite en 2009 a apporté une réponse toute naturelle. Ma route a croisé celle de M. Larribe qui revenait d’une manche du championnat d’Europe. Sa passion, sa gentillesse et ses conseils m’ont apporté le déclic qui m’a donné envie de repartir pour l’aventure.

Accompagné de quelques collègues, nous nous sommes mis au travail sur des bases plus solides. Les élèves ont été motivés, des sponsors ont été recherchés et nous avons commencé à récolter les différents éléments nous permettant de construire quelque chose de solide.

Début 2010, je me suis à rêver. Et si de constructeur, je devenais pilote ?
Pour répondre à cette interrogation, je n’avais pas le choix. Il fallait que la machine, rebaptisée “T-Fun” puisse participer à une compétition.

Aujourd’hui la machine va entrer dans sa phase de montage. Tous les éléments que nous avons stockés à droite et à gauche vont être assemblés. Suivra la phase de réglage puis celle des entrainements.

Les 4 et 5 juin prochain, j’espère être sur la grille de départ ou au moins voir la machine y être. L’important dans mon cas c’est de participer. Pour ce qui est de gagner, c’est déjà fait.

J’ai réalisé un rêve et rêvé une réalité.